Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 23:00
En 2008, une étude d'impact à été soumise à la municipalité d'Insviller pour enquête publique sur le plan d'épandage des boues de la station d'épuration de l'installation classée pour la protection de l'environnement de la limonaderie Lorina de Munster. Cette étude prévoyait d'épendre des boues sur une prairie d'Insviller de 2 ha située proche de la prairie protégées de la Kohlmatt, de l' étang rouge et de l'étang du moulin.

Bien peu enthousiaste par cette perspective et soucieux de la préservation des sites remarquables de son ban communal, le conseil municipal s'est mobilisé :
  • une étude minutieuse de l'étude d'impact du bureau d'étude GES de Reims a été réalisée par la municipalité,
  • Au vu de l'argumentaire, le conseil municipal d'Insviller s'est prononcé contre cet épandage à l'unanimité,
  • une mobilisation des élus des commues du canton concernées a été initiée par la commune d'Insviller,
  • le commissaire enquêteur a été saisi par la municipalié en argumentant du danger du projet au vu de l'exception culturelle et les enjeux de préservation des prairies d'Insviller pour la préservation de la ressource en eau et des milieux naturels communaux,
  • une réunion de conciliation a été organisée par le sous-préfet de Château-Salins en présence de l'exploitant, du bureau d'étude, et d'une délégation de la municipalité pour étudier les motivations scientifiques et environnementales de la commune pour la préservation de ses zones humides.
Après un an et demi de mobilisation, le préfet de la Moselle rend sont "verdict" le 4 décembre 2009 par arrêté préfectoral.  La prairie d'Insviller, au vu des considérations écologiques et culturelles, est retirée du plan d'épandage.

Certains considèreront que c'est une grande victoire dans un dossier difficile menée tambour battant par la municipalité sauf qu'entre temps, la prairie, malgré son faible intérêt pour une mise en culture, a été labourée...

L'énergie dépensée n'est cependant pas vaine. Elle démontre qu'avec une mobilisation soutenue, le pot de terre peut l'emporter sur le pot de fer pour la préservation des  milieux naturels qui font la richesse de notre territoire de la vallée de l'Albe et affluents, sévèrement mis à mal actuellement.

Pour mémoire consultez les articles suivants :
Le Conseil Municipal dit non aux boues
Compte rendu du conseil municipal du 1er juillet 2008

Partager cet article

Repost 0
Mairie d'Insviller - dans Actualités
commenter cet article

commentaires