Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 20:25

La protection de la prairie du Kohlmatt par la commune d'Insviller a été mise en œuvre dans le cadre du réaménagement foncier en 1993. La gestion en a été confiée au Conservatoire des Sites Lorrains.

Ces prairies sont situées dans le prolongement de l’Etang Rouge, remarquable pour sa diversité ornithologique. Le site protégé couvre 11ha de prairies de fauche.

Sur les zones les plus hautes et sèches, s’exprime la prairie maigre de fauche à Colchique d’automne. Cet habitat est considéré comme prioritaire à l’échelle européenne. Sur les zones les plus basses et humides, c’est la prairie humide à Séneçon aquatique qui domine. Enfin, là où l’eau stagne plus longtemps et se développe une zone de hautes herbes, dominée par la Reine des près.

La gestion extensive de certaines parcelles depuis plusieurs décennies a permis à une flore qui apprécie les soles pauvre devenue rare de se maintenir : Ochis bouffon (en photo), Orchidée de mai, Scorzonère des près, Cirse tubéreux, Gaudinie fragile, Saxifrage granulé … Parmi ces espèces, l’Oenanthe à feuilles de peucédan est protégée en Lorraine.

Les prairies présentent un intérêt ornithologique important, avec la nidification du Tarier des prés, passereau en régression en Lorraine comme en France et de la Pie-Grièche écorcheur, espèces d'intérêt européen prioritaire. La roselière de l’Etang Rouge qui borde le site présente également un intérêt européen pour la conservation des oiseaux puisque le Butor Etoilé et le Busard des roseaux, espèces en régression ont été recensés. 

Au niveau des insectes, la diversité en papillons est élevée. On note la présence du Damier de la Succise, espèce prioritaire à l’échelle européenne, particulièrement menacée par l’intensification des pratiques agricoles.

L’objectif du plan de gestion est le maintien d’une gestion extensive des prairies compatible avec les enjeux floristique, ornithologique et entomologique du site. La gestion est confiée à des exploitants agricoles locaux moyennant le non retuournement des prairies, l'absence de produit de traitement et une fauche tardive pour permettra au espèces de se reproduire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires